La Légende d'Hiram et les Initiations Traditionnelles - Daniel Béresniak

Parution : 01/09/2008
Editeur : Detrad aVs
ISBN : 978-2-916094-19-9
EAN13 : 9782916094199
Format : 13 cm x 21 cm
Nb pages : 112
Le récit du meurtre de l’architecte perpétré par trois compagnons est joué par les Francs-maçons lorsqu’il deviennent des « Maîtres ».
La Loge est un théâtre, et les Frères jouent des rôles pour expérimenter, échanger, s’éprouver. Chacun réactive le sens du récit grâce à l’action rituelle. Ce drame est celui des contradictions qui mettent en marche l’histoire, celle de chacun et celle de la société. Nul ne progresse dans la maîtrise de soi s’il ne se reconnaît pas comme victime et comme bourreau, et aussi comme auteur d’un projet contrarié par l’impatience.
La légende d’Hiram renvoie à celle d’Horus, le fils d’Isis et d’Osiris assassiné par son frère désigné comme « l’enfant de la veuve ». Depuis les fraternités dionysiaques aux ghildes des bâtisseurs de cathédrales, le thème est intégré dans la formation et intervient pour réunir un savoir faire à un savoir-être. Il convient d’examiner des sources, de comparer des versions, de ,suivre les développements de la légende pour éclairer le sens d’une demande, la nature d’une attente.

PRÉFACE DE LA SIXIÈME ÉDITION
Deux chapitres de la Bible parlent d’Hiram, les Rois et les Chroniques. Ces deux textes racontent les mêmes événements mais trois siècles séparent la période de leur rédaction. Dans le texte postérieur (Chroniques) Hiram, nommé ici Houram, (avec un vav à la place du iod) est grandi : de spécialiste du bronze, il est devenu l’artisan au sens que les artistes italiens du trecento et du quattrocento donnaient à ce terme : expert en toutes les modalités de la matière, qu’elle soit minérale ou végétale.
Ce fait permet de supposer qu’il y eut une légende autour de ce personnage, dès l’Antiquité.
La question de la légende est à associer à une autre : plusieurs personnages, Hiram, Christ, Krishna, vivent une passion : assassinés par des proches, ils ressuscitent et, en outre, leurs aventures ont autre chose en commun : ils ont un nom articulé à partir de deux gutturales dont la première est dure et la seconde molle.
Ce texte a été écrit pour poser ces questions. En explorant le moyen-égyptien dans la grammaire de Gardiner, j’ai trouvé un sens à cette double gutturale qui se trouve dans une prière à Ptah, avec la signification particulière « grand ». « Ptah est grand » s’écrit en moyen-égyptien « Ptah Kh-R- » sans que nous sachions comment ces mots étaient vocalisés.
Nous les reconnaissons néanmoins dans l’énoncé d’un nomen mysticus emprunté par un voyageur grec, « Ptagoras », « Pythagore », qui deviendra dans les textes anglais du Moyen Âge (dits Old Charges ou Vieux devoirs), Peter Gower.
Ces noms, ces personnages, ces légendes, racontent de manière allusive, allégorique et symbolique les rapports conflictuels entre l’amour, le pouvoir et le savoir. Là est la trame de l’aventure humaine, tragédie et comédie. Les divers niveaux de lecture mettent en évidence les strates du sens, c’est-à-dire les expériences qui, s’ajoutant les unes aux autres, créent du sens. Et chaque question donne la vie à une réponse qui, à son tour, revivifie le questionnement. Le thème de la parole perdue à chercher est toujours associé au meurtre et le meurtre est toujours associé à la construction. D’autres légendes confirment ces associations. Et aussi toute l’histoire et toutes les histoires.
Ce qui est exposé dans ce texte ne propose aucune réponse aux questions existentielles, mais procure des informations utiles au voyageur qui veut poursuivre son chemin pour le plaisir d’aller plus loin. C’est un plaisir qui honore une quête sans cesse menacée par les certitudes. L’homme est toujours à être et l’oeuvre est à accomplir. Ce livre, né d’autres livres, a entraîné la naissance d’autres livres. Chacun explore une piste, depuis des questions jusqu’à d’autres questions.
Une conclusion à cette préface ? Un dernier accord pour inviter à la danse du sens ? Un peu de pathos en clin d’oeil de connivence ? Alors, voici une parole d’un frère aîné, Goethe : « Qui ignore le Meurs et deviens !, n’est qu’un morne passager sur une terre ténébreuse ».

TABLE DES MATIÈRES
Préface de la sixième édition
En matière d’avertissement
Introduction nécessaire
Chapitre I
Le Rituel et le mythe
1- Penser le monde et apprendre à être
2- La préparation, la mort et la résurrection et de la grotte sacrée à Mithra
Chapitre II
Le personnage Hiram
1- Sources bibliques
2- Sources maçonniques
Chapitre III
Les Bâtisseurs
1- L’initiation artisanale
2- Les noms substitués de Hiram et son étymologie
3- Autres légendes de bâtisseurs
4- La légende de Maître Jacques
Chapitre IV
La Toile de fond
1 - L’Énéïde
2 - Le forgeron
3 - Osiris
4 - Éleusis
5 - Le Pythagorisme
6 - L’Orphisme
7 - Les cultes nordiques
8 - Conclusion
Chapitre V
Le Sacrifice rituel et la théophagie nécessaire
1 - Le meurtre d’Hiram, sacrifice rituel
2 - Rites de sacrifice et de mutilation
3 - Des fraternités dionysiaques aux bâtisseurs de cathédrales
Chapitre VI
De la Tour de Babel au Temple de Salomon
La parole perdue et le mot substitué
1 - La Tour de Babel
2 - La Parole perdue
Chapitre VII
Les suites de la légende d’Hiram
1 - Les interprétations politiques du drame d’Hiram
2 - Les filiations « ésotériques de la Franc-maçonnerie »
3 - Les meurtriers d’Hiram, le forfait et la poursuite
4 - Hiram et la reine de Saba
Chapitre VIII
L’Initiation chevaleresque
Conclusion
Bibliographie succincte
Religions et Mythes
Revues
Livres sur la Franc-maçonnerie et le Compagnonnage

Biographie

Parmi ses livres sur les idées et les comportements, Daniel Béresniak en a écrit une quinzaine sur la Franc-maçonnerie. Cette institution répond à une demande de sociabilité à examiner parce qu’elle hérite d’une méthode qui pourrait profiter à tous et à chacun.
Daniel Béresniak fut Franc-maçon durant plus de cinquante ans.