La pyramide - François Figeac

Nouveauté mars 2018
Parution : 13/03/2018
Editeur : Maison de vie
Collection : Les symboles maçonniques
ISBN : 978-2-35599-313-8
EAN13 : 9782355993138
Format : 12 cm x 17 cm
Nb pages : 128
Qui ne s'est jamais demandé, à propos des pyramides d'Égypte, pourquoi les Pharaons avaient entrepris d'élever ces gigantesques constructions de pierre ? Le présent ouvrage tente de répondre à cette question.
Quelle est l'origine et le sens de cette forme, aussi familière que mystérieuse ? Pourquoi la construction d'une pyramide était-elle engagée dès l'intronisation d'un nouveau Pharaon, à l'ancien Empire et au-delà ? Comment fonctionnait le complexe pyramidal et quelle était son utilité ? Était-ce seulement un tombeau ou remplissait-il une fonction plus subtile ?
Une certitude s'impose : la pyramide recèle le secret d'une vie en éternité, un secret aujourd'hui bien oublié, dont la redécouverte est pourtant au coeur de toute démarche initiatique.Les multiples significations de la pyramide, qu'elles soient d'ordre rituel, cosmique, alchimique, spirituel, et même économique, sont décrites. Tour à tour, elle est abordée en tant que pierre philosophale, comme lieu d'initiation, chemin initiatique ou encore moyen d'accomplissement de l'initié.
Si de nombreux ouvrages, de spécialistes comme de vulgarisateurs, se sont appesantis sur la manière dont ont été construites les pyramides, très peu ont véritablement approfondi le sens de ce symbole en lui-même. C'est cette lacune que comble cet ouvrage, en expliquant de manière claire et argumentée à quoi servaient vraiment les pyramides, comment les complexes monumentaux fonctionnaient et pourquoi l'étude de ce symbole reste d'une brûlante actualité.

Biographie
Passionné par la tradition des Bâtisseurs, François Figeac signe ici son 5ème ouvrage dans la collection "Les symboles maçonniques", après Les deux colonnes et la porte du temple (n°12), La Fraternité initiatique, mythe ou réalité (n°23), La Voûte étoilée et l'astrologie initiatique (n°45) et la planche à tracer (n°62).